Denis Sadlowski
PDG de CECO Environnement

Entrer en contact

LE JOUR DE LA TERRE A 50 MOIS : OÙ NOUS SOMMES, OÙ NOUS DEVONS ÊTRE

Né en 1970, le Jour de la Terre a fait avancer les notions selon lesquelles chacun a droit à un monde propre et non pollué, que notre planète est notre précieuse maison et que nous devons activement protéger notre environnement commun. Nous avons fait des progrès, mais il reste un long chemin à parcourir pour atteindre le monde vierge, mais prospère, envisagé par les fondateurs du Jour de la Terre. Beaucoup se demandent si nous pouvons y arriver. Je pense que nous pouvons.

Je suis fier de diriger une entreprise comme CECO Environmental qui élimine des tonnes de polluants atmosphériques dangereux (HAP), de composés organiques volatils (COV) et de particules toxiques 24 heures sur 24, sept jours sur sept. Nous travaillons avec des chefs de file de l'industrie de la production d'électricité, du pétrole et du gaz et de la fabrication industrielle pour les aider à se développer, tout en réduisant et en éliminant les polluants atmosphériques. L'OMS a estimé qu'en 2016, la pollution de l'air ambiant était responsable de 4,2 millions de décès prématurés dans le monde, dont 600 000 enfants de moins de 15 ans. Et maintenant, alors que le monde est sous le stress de la pandémie de coronavirus, nous avons appris d'une récente Étude de Harvard que la MPOC, causée non seulement par le tabagisme mais par une forte pollution particulaire ambiante, augmente d'un facteur 5,97 les chances qu'une infection au COVID-19 devienne grave. L'air sale multiplie les effets mortels du virus alors que le nombre total d'infections dépasse les deux millions dans le monde.

Il y a cinquante ans, le Jour de la Terre a créé une vague d'écologistes de base qui ont entraîné de véritables progrès et accru la demande pour une terre plus propre. Aujourd'hui, à l'occasion de la célébration du cinquantième anniversaire du Jour de la Terre, nous célébrons à l'ombre de la pire pandémie mondiale depuis la grippe espagnole. Le COVID-19, avec toutes ses destructions humaines et économiques, nous rappelle que, peu importe où nous vivons et quel que soit notre statut économique, nous partageons tous une planète commune et l'air que nous respirons. Il n'est donc pas surprenant que la maladie COVID-19 se manifeste avec une gravité accrue dans certaines parties du pays et du monde où les niveaux de pollution atmosphérique sont plus élevés. S'il y a jamais eu un appel à l'action pour nettoyer notre planète, cette année est l'année !

Cela est d'autant plus vrai que notre équipe aide les industriels des grandes villes indiennes, comme Delhi, à réduire les émissions de NOx, de SOx et de microparticules de carbone provenant des gaz d'échappement liés à la production. Aujourd'hui, les maladies respiratoires sont la cinquième cause de décès dans le pays – dont on a récemment estimé qu'elle tuait environ 2,5 millions de personnes par an ; cependant, à mesure que de plus en plus d'industriels et de raffineries installent des équipements de contrôle de la qualité de l'air, nous pouvons parvenir à une réduction significative de ces décès. En Chine, les maladies respiratoires chroniques, principalement l'asthme, l'emphysème et la BPCO, sont restées parmi les cinq principales causes de mortalité en 2016, représentant 9% (environ 870 000) du total des décès par maladies non transmissibles (MNT). Malgré les efforts continus et les améliorations significatives de la qualité de l'air ambiant en Chine au cours de la dernière décennie, les MNT sont restées responsables de plus de 80% de mortalité en 2018. Le taux a augmenté à l'échelle mondiale à mesure que les industries se sont développées dans les pays en développement avec plus de 50% de décès liés à la pollution de l'air (7 millions) attribués à la seule pollution de l'air extérieur. 

Ainsi, nous, dans l'industrie du contrôle de la pollution, devons intensifier notre jeu pour faire passer le message sur les technologies et les solutions qui peuvent aider à protéger notre environnement commun. Pour réduire la pollution de l'air dans le monde et la réduire considérablement, il faudra les efforts combinés des dirigeants de secteurs tels que l'énergie, les produits chimiques et les transports, ainsi que des décideurs gouvernementaux.

Notre expérience chez CECO Environmental a montré qu'il n'y a pas de contradiction inhérente entre la croissance économique et un environnement humain et naturel sain. Des solutions sont disponibles là où existe la volonté de nettoyer notre planète pour les générations futures. C'est à nous, en tant que chefs d'entreprise, d'adopter les technologies qui permettront d'atteindre cet objectif.

Mobilisons-nous dès le Jour de la Terre alors que nous traversons avec succès la crise du COVID-19. 

RECHERCHES POPULAIRES:

 

RECHERCHES POPULAIRES: